Wangari Matai : un exemple de courage et de combat au féminin

180 0

wangari matai ph yvesWangari Muta Maathai est une femme Kenyanne combattante et très engagée pour la cause de la nature et de l’environnement. Mère de trois enfants et épouse de Mwangi Mathai, elle est née le 1 avril 1940 à Tetu au Kenya. C’est dans ce même pays qu’elle perd la vie le 25 septembre 2011 à Nairobi des suites d’un cancer. Elle était écologiste, biologiste et professeur d’anatomie en médecine vétérinaire.

Elle a été lauréate de plusieurs distinctions et a reçu plusieurs récompenses dont le prix Nobel de la paix en 2004.

La déforestation que le Kenya connait dans les années 1970 l’inquiète. La pauvreté et l’augmentation considérable de la population aussi bien au Kenya que dans d’autres pays en voie de développement ont pour corollaire la dégradation de l’environnement. La pauvreté entraine la coupe abusive du bois. La disparition de la forêt influence négativement la vie de la flore et de la faune. L’érosion ‘’lave’’ le sol et l’appauvrit. Tout ceci a entrainé la malnutrition, les pénuries d’eau et une augmentation des maladies contagieuses.

C’est alors qu’étant au Conseil National des femmes du Kenya, en 1977, Wangari Matai encourage ces dernières à planter des arbres. Elle disait que : « C’est très important pour nous d’agir à un niveau local. En effet, parfois quand nous pensons aux problèmes mondiaux, nous nous sentons démunis. Mais lorsque nous agissons à un niveau local, alors nous sommes pleins de force ». Cette initiative s’est transformée en mouvement populaire (Green Belt Movement). Elle a aussi permis aux femmes d’avoir des revenus et de contribuer aux dépenses familiales.Wangari 2

Les hommes étaient aussi pris en compte dans la préservation de la nature. C’est ainsi qu’ils ont été formés aux techniques agricoles. Les élèves étaient aussi concernés.

Le Green Belt Movement avait pour objectif de démontrer qu’il existe un lien intrinsèque entre un environnement non dégradé et la vie des Hommes. Selon elle, « Chacun de nous peut apporter sa contribution. Souvent nous oublions que, où que nous soyons, nous pouvons être utiles… » Et « Parfois je me dit : Je peux planter seulement un arbre ici, mais imagine ce qui arriverait si un milliard de personnes faisait quelque chose. Imagine le pouvoir de nos actions ».

Comme quoi « Celui qui a planté un arbre n’a pas vécu inutile » et les œuvres des grands hommes traversent le temps et les rends éternels.

 

 

 

 

 

 

Related Post

Your reaction

NICE
SAD
FUNNY
OMG
WTF
WOW

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *