Le maquillage ethnique,une passion qui devient une realité

291 0

Esthéticienne de formation, Nonguierma Christelle Nathalie Zanma fait du maquillage. Mais si pour les autres c’est du maquillage glamour comme on le dit, Nathalie quant à elle fait du maquillage ethnique.

Depuis 2016 qu’elle se lance dans le domaine de l’esthétique mais sa passion pour le maquillage a pris le dessus et c’est alors en 2019 qu’elle a épousé le métier de maquilleuse. Un maquillage hors du commun car unique en son genre et c’est du maquillage ethnique ou traditionnel nous confie-t-elle. Elle définit le maquillage ethnique comme étant une forme d’expression un truc propre qui vient de chez elle. C’est le type de maquillage que l’on rencontre dans les manifestations, les masques où on induit la peinture sur le corps avec beaucoup plus de l’esthétique. Voici en quelque sorte ce qui concerne le maquillage ethnique.

« Au début c’était du maquillage basic ou glamour comme on le dit parce que les gens ont l’habitude de le faire par exemple dans les cérémonies mais après je me suis rendu compte que ce n’était pas vraiment ca ma passion. J’ai préféré plutôt faire du maquillage sans avoir à réfléchir sans qu’il ait quelque chose d’établit, quelque chose qui vient de chez moi, un maquillage triballe, traditionnel » a relaté la maquilleuse.

Etant dans un domaine un peu restreint, Christelle avoue mener un métier assez complexe et moins rentable. « C’est un peu difficile parce que le maquillage ethnique c’est dans un certain cadre, soit c’est pour un clip vidéo, soit  un shooting photo ou pour un film. Quelqu’un ne va pas se lever dire vient me faire un maquillage triballe je vais aller en boite de nuit. C’est ça un peu la complexité de ce truc. Mais c’est vraiment une passion pour moi ca fait que plus c’est difficile plus le challenge est meilleur » a martelé Christelle

Autres difficultés qu’elle rencontre dans son métier est en quelque sorte la mentalité des burkinabé d’abord « ils sont nombreux à penser que les artistes n’ont pas besoin de soutien ». Ensuite,  « ici au Burkina les gens n’ont pas cette notion de prendre soin de leur corps ». À l’entendre, au Burkina les gens n’ont pas pour culture de fréquenter les institues pour les soins de beauté ou pour les massages histoire de se relaxer après une dure journée de travail par exemple.

Tous ces obstacles sur son passage sont loin de la faire changer de chemin. Déterminée pour nourrir sa passion, elle invite les autres du milieu à travailler pour changer la mentalité des gens à travers la communication. Cependant, Christelle a bien d’autres projets quelle ambitionne réaliser notamment la création de sa marque de cosmétique et un site internet pour la vente en ligne de ses produits mais aussi prodiguer des conseils et astuces beauté

 

Related Post

Your reaction

NICE
SAD
FUNNY
OMG
WTF
WOW

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *